• Juliette, Fahim et les autres

    Un témoignage, au cas où vous en auriez besoin !

    Un autre 21 juin

    Et encore un autre !

    Et une traversée à risque :

    Les policiers ont-ils cherché un prétexte pour contrôler l’identité de Josiane ? La Géorgienne, sans papier, est, depuis, assignée à résidence.

    L'association RESF (Réseau Éducation sans frontières) parle d'une discrimination manifeste à propos de cette amende qu'a reçue Josiane (*), le 12 avril. « On lui demande de payer 5,60 €, c'est-à-dire une amende forfaitaire majorée, parce qu'elle aurait, le 24 janvier, à 15 h 40, à Tours, traversé la rue Monseigneur-Marcel hors du passage-piéton », rapporte Patrick Bourbon, militant à RESF. Il se trouve que Josiane est sans papier et que la date du 24 janvier, indiquée sur l'amende, correspond précisément au moment où des agents de la police nationale ont contrôlé son identité. « Elle sortait de la Croix-Rouge, ajoute Patrick Bourbon. Comme elle n'avait pas de papiers, et qu'elle était sous le coup d'une obligation de quitter le territoire français, cette dame, Géorgienne, déboutée du droit d'asile, a été conduite au commissariat de Tours et placée pendant quatre heures en garde à vue. Après quoi, elle a été envoyée au centre de rétention du Mesnil-Amelot pendant dix jours. »
    Là, elle a entamé une grève de la faim. Depuis, elle a été libérée, mais elle est assignée à résidence. RESF estime que cette traversée hors du passage n'était « qu'un prétexte pour contrôler ses papiers et l'arrêter »." Il faut une base légale pour demander les papiers " Au commissariat de Tours, on ne veut pas « entrer dans la polémique ». Traverser une rue en dehors d'un passage-piéton est effectivement une infraction prévue par l'article R 412-43 du code de la route et punie d'une amende de 4 €. Est-ce que les policiers verbalisent régulièrement les Tourangeaux pour cela ? « Rarement. Quand on le fait, c'est que cela se passe mal. On rappelle la règle. Si le ton monte, on verbalise. »
    Ce policier ne peut pas s'exprimer sur le contrôle de Josiane, datant du 24 janvier : « Il est vrai, de toute façon, qu'on ne peut plus contrôler les papiers d'identité sans un élément nous autorisant à le faire. En l'occurrence, la base légale de ce contrôle, c'est cette infraction prévue par le code de la route. »


    Tags Tags : , , , ,